AVANT NOEL IL RESTE

vendredi 11 février 2011

ON LE CROYAIT PERDU

C'est un étrange petit tableau qui devait passer en vente le 3 novembre dernier chez Sotheby's à New York. Estimé entre 350 000 et 450 000 dollars, le numéro 142 du catalogue était un double portrait de femme intitulé Blanchisseuse souffrant des dents, ou Etude de deux têtes de femmes, signé Edgar Degas et daté de 1870-1872.

L'huile sur carton, volée en 1973 au musée du Havre où le Louvre l'avait placée en dépôt, aura réussi, presque quarante ans plus tard, à traverser l'Atlantique pour figurer dans le catalogue de vente d'œuvres impressionnistes de l'une des plus grandes maisons de vente aux enchères au monde... Avant qu'un amateur du Havre ne reconnaisse l'œuvre et n'alarme le Ministère de la Culture, qui a aussitôt demandé son retrait.

On se demande toujours comment cela peut être possible. Comment les experts de Sotheby's, qui sont sensés retracer l'historique détaillé de toutes les œuvres qu'ils mettent aux enchères (en particulier celles d'artistes aussi connus et cotés que Degas), pouvaient-ils feindre d'ignorer que cette œuvre appartenait aux musées français ? Certes elle ne figure pas sur la base d'Interpol ni sur celle de l'Art Loss Register, mais elle est inscrite à l'inventaire du musée d'Orsay (en 1986, le Louvre lui a cédé ses œuvres datées approximativement de 1848 à 1914), consultable sur Internet, où on retrouve le détail de ses propriétaires successifs.

La Blanchisseuse devrait logiquement rejoindre les cimaises du musée parisien prochainement, mais il va falloir négocier avec le propriétaire du tableau, qui se dit bien sûr de bonne foi...

1 commentaire:

RICHARD MOISAN a dit…

Tu sais, Monique, c'est chaque année qu'on découvre tel ou tel tableau, et ce qui était sûr, la décennie d'avant, ne l'est plus aujourd'hui... Il faudrait de réels experts et trancher, une fois pour toute ce qui est vrai, ce qui est faux, et ne plus y revenir. Certains collectionneurs ont perdu leur fortune en découvrant qu'ils s'étaient faits avoir. Pour ma part, j'ai eu l'occasion de voir des centaines de faux Dali dans les salles des ventes...
Bon week-end!